« J’arrive en Auvergne le 27 août 2007, et le 4 septembre je termine le finale de cette petite symphonie. Je m’en souviens parfaitement : ce jour là en effet, je songeais que cela faisait exactement un siècle qu’Edvard Grieg était mort » ... écouter le premier mouvement